A Marseille, une “PASS de ville” pour les patients sans droits

Depuis novembre dernier, Médecins-du-Monde Marseille a mis en place une PASS de ville (Permanence d’accès aux soins de santé) permettant l’accès aux soins de ville pour les personnes qui n’ont pas de couverture médicale. 

Créer du lien, simple comme bonjour

Osez, Rejoignez, Lancez, trois verbes, trois actions pour commencer à créer du lien avec les personnes qui souffrent dans la rue et qui sont dans une grande solitude.

Aider une personne SDF, ce n’est pas simplement lui jeter la pièce, c’est en priorité lui redonner son humanité. Lui laisser une place dans la société. Et pour cela : tout le monde peut au quotidien, avec bienveillance être un acteur de la transformation du rapport à celui qui est exclu et devenir un élément du changement.

VOIR AUSSI : Alerte de Médecins du Monde #PasDeSanteSansToit

L’association Entourage agit pour offrir aux riverains les outils qui permettent d’entrer en relation avec les sans-abris. Une simple connexion avec les habitants, les personnes SDF et les associations d’un même quartier, pour leur permettre d’agir collectivement et rendre à leur quartier un visage plus humain et plus solidaire.

Des personnes ayant connu la rue, des experts de l’action sociale et des professionnels du numérique, ont mis en place ce système, à découvrir d’un simple clic, pour faire un grand geste. Un grand geste et un engagement en trois temps : « Osez aller à la rencontre des personnes sans-abri que vous croisez au quotidien, Rejoignez les actions solidaires créées autour de vous, Lancez vos propres initiatives chaleureuses. » Alors ! c’est parti : à vos smartphones.

Les Etats Généraux de la Migration appellent à ne pas voter la loi asile et Immigration.

 

« Nous vous appelons à ne pas voter cette loi. Il faut cesser cette guerre aux migrants. C’est avec eux que nous ferons la société de demain »… Vendredi matin, ces mots, adressés aux députés, ont résonné au foyer de l’Arve (Paris 15e) pour la deuxième conférence des Etats généraux des migrations (EGM). Nathalie Péré-Marzano, déléguée générale d’Emmaüs International, a prononcé cet appel au nom de son association ; mais aussi au nom du mouvement national d’associations et de regroupements de citoyens qui chaque jour viennent en aideaux migrants un peu partout en France et se sont réunis dans ces EGM. Un appel qui a déjà été porté localement, mais que les députés ont trop souvent décliné, refusant les rencontres de terrain avec le monde associatif, a regretté David Saunier, de l’Assemblée locale de Caen, au profit ici ou là de la visite plus médiatique d’un centre de rétention.

Pourtant, ce large mouvement populaire, qui regroupe 440 associations nationales, locales ou simples collectifs, aurait aimé leur expliquer qu’il se bat pour une autre politique migratoire que celle du gouvernement. Tous savent bien que le projet de Gérard Collomb, que Vanina Rochiccioli, présidente de Gisti (Groupe d’information et de soutien aux immigrés) qualifie de « texte de police qui ne règle rien », sera voté rapidement.

Mais ils croient que la vision qu’ils portent sera gagnante sur le long terme parce que « dans le projet de loi, il manque le fait de considérer les immigrés comme des sujets et non comme des objets » résumait vendredi Dominique Noguères, vice-présidente de la Ligue des droits de l’homme (LDH), qui reste persuadée que « donner des droits aux migrants, ce n’est pas retirer des droits aux Français ». Et si tous savent ce combat contre la vision du ministère de l’Intérieur perdu à court terme, le regroupement d’énergies veut d’abord faire savoir, à ceux qui en doutaient, que l’accueil est possible dans la France de 2018.

Alors, sur le terrain, autour des hébergements, des campements, le long des frontières aussi, chaque jour des bénévoles nourrissent, soignent, aident au quotidien des nouveaux venus à qui l’administration n’offre pas de protection. Comme l’a déploré Patrick Bouffart, médecin pour Médecins du monde, « on gère aujourd’hui dans les rues la sous-humanité qu’on a créée, l’auto exclusion qui se développe et se développera encore, car la loi qui passe au parlement est pathogène »… C’est de tout cela, qu’ils veulent témoigner. Lire la suite

Les organisations humanitaires interpellent Macron sur le sort du Yémen

http://www.liberation.fr/planete/2018/04/04/les-organisations-humanitaires-interpellent-macron-sur-le-sort-du-yemen_1641000

Dix ONG appellent le Président à demander à Mohammed ben Salmane de cesser les attaques contre les civils yéménites. Le prince héritier saoudien, en visite officielle en France dès lundi, est à la tête de l’opération Tempête décisive qui frappe le pays depuis 2014. Lire la suite

Hépatites : « une urgence sanitaire mondiale »

« Avec près de 1,4 million de morts par an et 328 millions de personnes infectées, les hépatites B et C dépassent aujourd’hui les trois grandes endémies – VIH, tuberculose et paludisme – tant en nombre de décès que de personnes affectées » expliquent dans une déclaration commune le 4 avril, et parmi de nombreux autres signataires, l’ONG Médecins du monde, les ministres de la Santé de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, ou encore la prix Nobel de médecine 2008 Françoise Barré-Sinoussi…

Les signataires réclament un « renforcement des politiques de prévention » (vaccination contre l’hépatite B, dépistage précoce des deux hépatites pour les populations les plus affectées).

Abaisser le coût des traitements

Les auteurs veulent aussi « un accès au traitement pour tous ». Les traitements contre l’hépatite C « doivent être accessibles sous forme de génériques ou à des tarifs compatibles avec les économies des pays », estiment-ils. Ils plaident pour que « le traitement de l’hépatite B chronique par le ténofovir [médicament antiviral également utilisé contre le virus du sida, le VIH, ndlr] soit disponible à des prix raisonnables et adaptés, comme pour le VIH ». Enfin, ils demandent à ce que la lutte contre les hépatites B et C soit « inscrite dans les dispositifs internationaux de financement comme le Fonds mondial et Unitaid ».

La déclaration a été publiée au premier jour de la Conférence internationale de l’Alliance francophone des acteurs de la santé en lutte contre le VIH et les hépatites, qui se tient à Bordeaux jusqu’au 7 avril.