« Les laboratoires pharmaceutiques investissent souvent moins dans leur R&D que dans le marketing », selon Médecins du monde

L’ONG Médecins du Monde (MDM) a engagé un bras de fer contre le laboratoire américain Gilead. Afin de favoriser l’arrivée de génériques à moindres coûts, elle demande à l’Europe de s’opposer au brevet du sofosbuvir, un nouveau médicament très efficace contre l’hépatite C, mais au prix exorbitant. Les explications de Céline Grillon, responsable du plaidoyer pour la réduction des risques à MDM.

L’Usine Nouvelle – Engager une action contre un brevet pour faciliter la mise sur le marché des génériques est une pratique connue dans les pays émergents. Est-elle vraiment applicable à l’Europe ?

Céline Grillon - La question n’est pas de savoir s’il faut s’inspirer des stratégies utilisées avec succès par les pays émergents pour faire baisser les prix des traitements. Mais comment se fait-il que des traitements comme le sofosbuvir soient commercialisés à des prix aussi élevés, que même les pays européens se retrouvent en difficulté pour garantir les traitements à leurs patients ?

L’Europe est pourtant un continent nettement plus riche et avec des systèmes de santé organisés pour faciliter l’accès au plus grand nombre ? 

L’Europe est effectivement un continent riche avec des systèmes de santé solidaires mutualisant les coûts pour permettre à tous l’accès aux soins. Pourtant, malgré un budget annuel sur les médicaments de 27 milliards d’euros, la France n’est pas en mesure d’assurer l’accès

au sofosbuvir pour l’ensemble des patients atteints d’hépatite C chronique.

Cela coûterait plus de 5 milliards d’euros, soit un tiers du déficit de la sécurité sociale en 2014 ! C’est justement pour sauvegarder notre système de santé solidaire que nous critiquons, avec d’autres associations françaises, le prix extrêmement élevé du sofosbuvir. La situation est la même dans d’autres pays européens où le traitement est rationné.

La France a pourtant accepté d’en prendre en charge intégralement le remboursement…

La Sécurité Sociale française prend en charge intégralement le remboursement des traitements contre l’hépatite C, comme elle le fait pour l’ensemble des affections de longue durée. Nous estimons qu’il s’agit d’un principe essentiel de notre système de santé solidaire, sans lequel les personnes les plus vulnérables seraient davantage exclues des soins.

Médecins du Monde est une association médicale engagée pour l’accès universel aux soins. Néanmoins, le sofosbuvir n’est prescrit qu’aux patients les plus sévèrement malades, et les critères de sélection sont plus restrictifs que ce que recommande le rapport d’experts mandaté par la Ministre de la Santé.

Si l’Office européen des brevets vous suivait, ne serait-ce pas la fin de la valorisation de l’innovation pharmaceutique ? La commercialisation de certains nouveaux traitements en Europe ne serait-elle pas menacée ? 

L’opposition au brevet est une procédure couramment utilisée entre laboratoires pharmaceutiques concurrents. Ces contentieux n’ont pas mis fin à la valorisation de l’innovation pharmaceutique et aux nouveaux traitements commercialisés en Europe ! N’oublions pas que le brevet a été institué pour bénéficier à la société dans son ensemble. Il faut donc veiller au respect d’un équilibre : récompenser une innovation en accordant un monopole temporaire d’exploitation sans pour autant bloquer l’activité innovatrice des autres laboratoires.

Un de nos arguments concerne la façon dont Pharmasset – le laboratoire qui a développé le sofosbuvir – a voulu se réserver plusieurs milliers de combinaisons moléculaires dont l’efficacité thérapeutique n’était pas démontrée. Ainsi, ce laboratoire interdisait aux autres chercheurs de développer d’autres médicaments potentiellement plus innovants ! Nous pensons que l’utilisation abusive des brevets stérilise l’innovation médicale. Il est nécessaire de créer de nouveaux modèles de financement de la R&D. Lire la suite

Pétition – Non aux examens osseux pour déterminer l’âge des migrants

Le réseau Education Sans Frontières a lancé une pétition pour demander l’interdiction des examens osseux permettant de déterminer l’âge des jeunes migrants. L’appel a déjà rassemblé plus de 10.000 signataires, et parmi eux, de nombreux médecins.

Entretien avec le Dr Serge Lipski, radiopédiatre, Médecins du monde

En l’absence de papiers valables, les autorités peuvent demander une radiographie du poigné d’un jeune migrant, pour déterminer son âge. S’il a plus de 18 ans, il ne pourra plus bénéficier de certains avantages, comme l’aide sociale à l’enfance.

Les personnes qui s’opposent à cette pratique critique tout d’abord la fiabilité de l’examen. Selon le Dr Serge Lipski, membre de Médecins du monde « pour déterminter l’âge, on cherche à voir la maturation des points cartilagineux des différents os qui forment la paume de la main, et on les compare avec un atlas. L’atlas qui sert de référence a été fait dans les années 1950 sur des populations caucasiennes qui n’ont strictement rien à voir avec les populations concernées par la migration, pour la plupart subsahariennes. Avec des variations de l’ordre de 18 à 24 mois, on peut attribuer à un adolescent de 17 ans et donc mineur, un  âge osseux de 19 ans qui va le mettre hors des systèmes de protection de l’enfance« .

Radiologue de formation et spécialisé en pédiatrie, le Dr Serge Lipski fait partie des signataires de la pétition car selon lui, ces examens posent aussi un réel problème éthique : « C’est utiliser la médecine à des fins judicaires, ce qui est discutable. C’est aussi irradier inutillement des enfants, parfois à plusieurs reprises« .

 

Migrants : la maire de Calais demande aux associations de faire évacuer le squat Tioxide

Mercredi soir, lors du conseil municipal, Natacha Bouchart a demandé aux association HCR et Médecins du monde de déplacer les migrants du squat Tioxide. Médecins du monde demande à l’État les moyens d’intervenir.

La situation de l’entreprise Tioxide n’est guère réjouissante. En marge des problèmes liés à la production et à la perte de brevets, les salariés s’inquiètent de la présence d’un squat d’environ 900 migrants sur le site de l’usine (halle sportive et terrain de football). Un site sensible classé Seveso en raison des produits dangereux qui y sont manipulés.

Mercredi soir, lors du discours d’introduction du conseil municipal, Natacha Bouchart a lancé un appel aux associations d’aides aux migrants Médecins du monde et le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) : « Puisque l’État ne veut pas intervenir(*), je demande aux associations de convaincre les migrants de quitter la zone de Tioxide pour venir s’installer avec des tentes sur le terrain municipal de la zone des Dunes et extension. Afin d’une part de libérer le site de l’entreprise, et d’autre part pour protéger les migrants. » La maire de Calais insistait ensuite sur le fait que les actionnaires du groupe Hunstman, propriétaire de Tioxide, « regardaient de près cette situation, même si on sait que le nerf de la guerre sont les charges salariales ». Lire la suite

Human Rights Watch dénonce les violences policières contre les migrants à Calais

 

Dimanche 11 janvier, la France acclamait sa police, endeuillée dans les attentats des jours précédents. Aujourd’hui, une des principales associations internationales de défense des droits de l’homme, Human Rights Watch, dénonce les violences des forces de l’ordre envers les populations de migrants en attente d’un passage pour la Grande-Bretagne à Calais (Pas-de-Calais).

« En novembre et décembre 2014, j’ai réalisé des entretiens longs avec quarante-quatre migrants dont trois mineurs, explique Izza Leghtas, chercheuse pour l’organisation. Dix-neuf m’ont déclaré avoir été maltraités au moins une fois par la police. Une maltraitance pouvant notamment signifier un passage à tabac. Huit avaient eu un membre cassé et vingt et un, dont deux enfants, avaient été aspergés de gaz. » Son travail n’a rien de statistique. Mais il confirme ce que chaque visiteur entend dès qu’il se rend sur un campement du Calaisis où vivent 2 200 personnes.

Le Monde a pu le vérifier lors de ses deux derniers reportages. Mercredi 14 janvier, dans le campement installé sur le site de l’usine Tioxide, Eifanka, un jeune Pakistanais, ouvre la conversation sur sa jambe cassée « par les coups de policiers », dit-il. Si aujourd’hui sa fracture est guérie, il lui reste l’incompréhension. « Pourquoi m’ont-ils frappé alors que je ne faisais rien ? Je n’essayais même pas de passer. Comment acceptez-vous cela, vous les Français ? », s’interroge cet ex-étudiant en sciences politiques.

A coups de bottes et de matraque

Lors de notre visite précédente, le 17 décembre 2014, c’est de « gazage » qu’il était question sur le campement qui jouxte le supermarché Leader Price. Un boulanger avait donné un surplus de pain, déposé à l’entrée de la « jungle ». Une nourriture détruite à coups de gaz lacrymogène, selon des migrants. Une bénévole de Médecins du monde, Nadine Rubanbleu, n’est pas étonnée : « Parfois, c’est dans la rue, parfois, c’est en essayant de passer qu’ils sont gazés ou frappés. » L’humiliation qui la révolte le plus, c’est « ces hommes et ces femmes lâchés pieds nus, chaussures confisquées, au milieu de nulle part, après avoir été pris en train de monter dans un camion ». Lire la suite

Interdisons les tests d’âge osseux sur les jeunes immigrés

Par un collectif

 

Depuis 2012, huit jeunes étrangers au moins, de ceux que l’on appelle mineurs isolés étrangers (MIE), ont été traduits devant les tribunaux lyonnais. Le Conseil général du Rhône qui les avait pris en charge s’est porté partie civile et les a déclarés majeurs sur la base de tests physiologiques, et en particulier des tests d’âge osseux. Tous ont été condamnés en première instance à des peines de plusieurs mois de prison, assorties ou pas du sursis, à des années d’interdiction du territoire ainsi qu’à de lourdes sanctions financières (jusqu’à 260 000 €). Ils ont fait face à des accusations d’usurpation d’identité, de faux et d’usage de faux dès l’instant où un test d’âge osseux les décrète majeurs, et une certaine presse locale leur reproche « d’avoir vécu aux crochets du contribuable ».

Soumis aux mêmes tests, d’autres jeunes, plusieurs centaines vraisemblablement, sont exclus de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) et se retrouvent à la rue.

Pris en charge par l’ASE à leur arrivée en tant que mineurs au vu des documents qu’ils ont produits, ils sont accusés d’avoir menti sur leur âge, souvent à quelques mois de leur majorité. Ils sont alors soumis à des tests d’âge osseux ainsi qu’à des examens physiologiques, notamment des organes génitaux, particulièrement dégradants pour ces jeunes filles et garçons. Lire la suite

L’humanisme attentif de Jean-Marie Haegy

Jean-Marie Haegy, ancien responsable du service de réanimation médicale des Hôpitaux civils de Colmar, est un des membres cofondateurs de Médecins du Monde et a créé la délégation Alsace en 1984. Dans un livre paru récemment, il retrace son expérience de médecin humanitaire, au cours de missions en différents points du monde.

Mer de Chine, Afrique, Europe, Moyen-Orient : le Dr Jean-Marie Haegy a bourlingué pendant vingt ans à travers le monde, au gré des missions humanitaires qui lui ont été confiées par Médecins Sans Frontières d’abord, puis Médecins du Monde, dont Jean-Marie Haegy a été cofondateur. Tout cela alors qu’il était chef de clinique, puis responsable, du service de réanimation médicale aux Hôpitaux civils de Colmar, jusqu’en 2006. Lire la suite