Haïti victime de “la pornographie humanitaire”

Télévision | “Assistance mortelle”, un documentaire rageur, mardi sur Arte, pointe les dérives de l’aide internationale après le séisme en Haïti. Le directeur général de Médecins du monde réagit.

Le 13/04/2013 à 00h00 – Mis à jour le 15/04/2013 à 15h07
Propos recueillis par François EkchajzerTélérama n° 3300

 Réunion entre Jean-Max Bellerive (Premier Ministre), René Préval (Président) et Hillary Clinton. © Velvet Films
Réunion entre Jean-Max Bellerive (Premier Ministre), René Préval (Président) et Hillary Clinton. © Velvet Films

Trois ans après le tremblement de terre qui frappa Haïti en janvier 2010, le cinéaste haïtien Raoul Peck dresse un bilan accusateur de l’aide internationale. Directeur général de Médecins du monde, Pierre Salignon réagit à ce documentaire plein de colère.

Que pensez-vous du documentaire “Assistance mortelle” ?

C’est un film très dense, compact comme un coup de poing et d’une grande force émotionnelle. Un documentaire à charge et volontairement polémique, qui n’hésite pas à parler de « pornographie humanitaire », traduisant une perception présente en Haïti et portée ici par Raoul Peck, un témoin privilégié de la scène politique haïtienne et de ses dérives.

C’est aussi un appel salutaire à refonder le système de l’aide pour le rendre respectueux des attentes de ceux qui en bénéficient. Une dénonciation du contournement de l’Etat haïtien par l’aide au développement et à la reconstruction, qui fait des Haïtiens des assistés sans pouvoir de décision, ni véritable pouvoir d’influence.

Prôneriez-vous pour autant une distribution directe de l’aide à Haïti ?

Sur le principe, Raoul Peck a raison de considérer que l’argent devrait être versé à l’Etat haïtien. Sur le terrain, c’est un peu plus compliqué. Oui, ce sont les communautés qui devraient prendre leur destin en main ; et ce discours, Médecins du monde le tient aussi. Mais est-ce vraiment possible, quand les capacités de cet Etat sont réduites à néant ou presque ? Des milliers de fonctionnaires ont péri dans le séisme et tous les ministères, sauf un, ont été mis à terre.

D’un autre côté, ça ne justifie pas qu’on en fasse un argument pour écarter, comme on l’a fait, les Haïtiens dès les premières réunions de coordination, qui se sont tenues en anglais. Ni pour se garder de verser les milliards promis par les bailleurs internationaux, faute d’un Etat fort.

Où en est aujourd’hui Haïti ?

Au milieu du gué, comme le montre le film, entre promesses et reconstruction, entre révolte et lassitude. Les ­Haïtiens n’attendent plus après l’aide internationale. Ils reconstruisent les ­bidonvilles et se débrouillent comme ils l’ont toujours fait, en pratiquant le système D. Mais la crise haïtienne est l’une de celles qui ont donné lieu au plus grand nombre d’évaluations et dont on a le plus de leçons à tirer. A commencer par la nécessité de faire de chaque Etat frappé par une catastrophe un interlocuteur obligé de l’aide internationale.

Médecins du Monde

L’association Médecins du Monde plaide pour le maintien d’une couverture de santé universelle en Europe, où les mesures d’austérité entraînent une exclusion croissante de l’accès aux soins pour des populations déjà vulnérables.

Selon les données recueillies par l’association auprès de 8.412 patients examinés en 2012 dans 14 villes européennes, 20 % d’entre eux avaient été privés d’accès aux services de santé au cours des 12 derniers mois.

Médecins du monde recherche parrains et marraines

 

L’association humanitaire débute à la Réunion une toute nouvelle mission. Sous la houlette de Régine Bonnet, l’organisation non gouvernementale (ONG) prévoit d’ici peu le lancement d’un parrainage d’enfants hospitalisés en soins intensifs et réanimation au CHU. Ce seront les petits Mahorais évacués de leur île pour des raisons sanitaires qui bénéficieront en priorité de ce programme d’accompagnement (mais celui-ci sera adapté au cas par cas, l’ONG n’exclut absolument personne). La coordinatrice du projet explique que les bénévoles devront apporter « bien-être et sécurité affective aux enfants, qui resteront souvent plusieurs mois dans les services de l’hôpital, sans pour autant voir leurs parents ». L’absence de la famille ne sera bien entendu pas totalement compensée par les bénévoles, mais ceux-ci créeront tout de même une relation affective avec l’enfant, tout en l’aidant à maintenir un lien avec ses proches. Ils aideront aussi à le préparer à son retour chez lui.

Les parrains interviendront à la demande des médecins. Ce sont eux qui s’adresseront à l’ONG pour qu’un adulte visite un enfant dans le besoin. Le parrain développera une relation privilégiée avec son ou sa filleul(e), en lui rendant visite au minimum trois fois par semaine, dont une visite le week-end. Les bénévoles doivent donc avoir une assez grande disponibilité pour prétendre à s’occuper d’un enfant, et ce, sur une période minimale d’un an.

La sélection des parrains et marraines se fera en plusieurs étapes. Dans un premier temps les personnes intéressées, âgées au minimum de 25 ans, auront à remplir un dossier les concernant. Ils s’entretiendront par la suite avec des bénévoles de Médecins du monde. Ceux qui seront sélectionnés seront ensuite formés durant deux jours, pour apprendre à entrer en contact avec les enfants hospitalisés.

C’est la première fois qu’un tel projet voit le jour à la Réunion. Des associations existent déjà pour visiter et divertir les petits malades, mais aucune ne propose un lien durable et privilégié entre l’enfant et l’adulte. La mission parrainage existe par contre à Paris depuis 1988, et en Guyane depuis quelques années. Et c’est un réel succès puisque les 100 bénévoles sont en permanence sollicités par l’hôpital Necker de Paris pour aider au bien-être des enfants.

Les personnes souhaitant devenir bénévoles peuvent contacter Régine Bonnet

au 06 92 76 12 81

Bastien Renouil

Syrie : laissez-nous soigner

Par Thierry Brigaud Docteur et président de Médecins du monde et Pierre Salignon Directeur général de Médecins du monde

La situation en Syrie ne cesse de se dégrader et la violence contre les civils est insoutenable. Les images reçues par les réseaux sociaux sont plus terribles les unes que les autres, comme les récits des réfugiés ou des militants des droits de l’homme. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 60 000 morts selon les organisations des droits de l’homme, 700 000 réfugiés et près de 2 millions de déplacés internes selon les Nations unies. Lakhdar Brahimi, médiateur de l’ONU, parle, lui, désormais «de l’enfer» quand les médias lui demandent de qualifier le conflit. Cette guerre est une ignominie : exécutions sommaires, populations prises en otage et bombardées, personnels soignants arrêtés, exécutés, torturés. Pas de refuge pour se protéger. C’est aussi un conflit asymétrique, avec un gouvernement qui utilise la terreur comme arme de guerre et d’oppression, pour abattre une révolution d’abord pacifique lancée dans les rues du pays comme un affront au régime de Damas. Comment peut-on bafouer à ce point les droits humains et le droit international humanitaire ? Comment croire qu’il est possible d’acheminer et distribuer l’aide humanitaire de façon impartiale, alors que selon l’endroit ou selon ses destinataires, elle est elle-même considérée comme une manifestation d’opposition et traitée comme telle ? Soigner est devenu un crime. Lire la suite

«La lutte contre l’exclusion est un plus pour tout le monde»

Thierry Brigaud, le président de Médecins du Monde, est à Angoulême vendredi pour les Universités d’automne de l’ONG. Pour travailler sur une nouvelle forme de militantisme.

Médecin du travail au CHU de Montpellier, Thierry Brigaud a pris la tête de Médecins du Monde en juin dernier. 	Repro CL

Médecin du travail au CHU de Montpellier, Thierry Brigaud a pris la tête de Médecins du Monde en juin dernier. Repro CL

Ils seront une petite centaine, à partir de demain et jusqu’à dimanche, à se retrouver à l’hôtel Mercure pour les Universités d’automne de Médecins du Monde. Un temps de réflexion organisé cette année par la délégation du Poitou-Charentes et destinée aux cadres dirigeants, délégations régionales, coordinateurs internationaux et administrateurs de l’ONG. Questions à Thierry Brigaud, nouveau président de Médecins du Monde.

Quelles thématiques allez-vous aborder ?

Thierry Brigaud. On va réfléchir à la façon d’intervenir autrement, en accentuant davantage le travail avec les partenaires, les bénéficiaires, mais aussi les autorités de santé, que ce soit sur des urgences ou des actions à long terme. L’idée est de nous intégrer dans un tissu social. C’est une balance entre la sécurité de nos équipes et le travail réalisé, l’objectif étant qu’il soit pérenne. Au Nord-Mali, on aide des Maliens déjà présents sur place, car il n’est pas possible d’envoyer un Français.

Cela est-il vrai en France ?

Oui, on gagne en efficacité quand les usagers participent aux projets. On teste, par exemple, des médiateurs santé pour faire le lien entre les Roms et notre système de santé. C’est comme ça qu’on arrive à travailler sur le planning familial, par exemple. A Angoulême, la grande réussite de l’équipe tient au partenariat mis en place avec les autres associations. On aimerait que ça fasse tache d’huile.

Vous êtes entré à Médecins du Monde en 1988, préoccupé par la montée de la précarité. Quel constat faites-vous, vingt-quatre ans plus tard ?

Je suis stupéfait de voir combien le phénomène s’est amplifié, alors qu’il existe des solutions. On sait par exemple que 10 % à 15 % des sans-abri ont des pathologies mentales. On a expérimenté des projets «housing first», qui consistent à proposer un toit en premier, avant d’entamer un travail social. Il ne faut pas faire les choses à l’envers.

23% de Français avouent renoncer à certains soins en raison de la crise. Les voyez-vous dans vos consultations ?

Pour l’instant, on les voit peu, car la CMU ou l’aide médicale d’Etat limitent la casse. Ce sont des gens qui diffèrent plutôt les soins d’optique ou d’appareillage auditif, mal remboursés par la Sécu. On voit un peu moins de 10 % de la population dans nos consultations. Mais on en a fait 40.000 cette année. Des gens font la queue et on voit désormais des mineurs isolés ou en bas âge avec leur famille. Il y a urgence à mettre en place une politique de lutte contre la pauvreté!

Vous plaidez pour une décriminalisation de l’usage des drogues. Marisol Touraine espère lancer des salles de consommation avant fin 2012…

C’est un de nos combats. Les salles de consommation permettent de tisser du lien social avec des usagers de drogue à haut risque, en voie de précarisation, mais aussi de réduire les risques d’infection. 60 % des usagers de drogue ont l’hépatite C. Sans compter que cet outil diminue les nuisances pour le voisinage. Si Marisol Touraine donne son feu vert, on ouvrira au moins une salle sur Paris dans un premier temps.

On entend de plus en plus de discours pointant les plus pauvres et les étrangers…

Ces discours de la peur me hérissent le poil. La lutte contre l’exclusion est un plus pour tout le monde. Quand certains prétendent que des gens viennent de l’autre bout du monde pour profiter de notre système de santé, c’est un mensonge. On le sait parce qu’on travaille ici et là-bas. Les villages choisissent au contraire ceux qui sont jeunes et en bonne santé, capables d’endurer un parcours migratoire dangereux pour ramener de l’argent. On dit qu’ils sont feignants ? Mais ils travaillent au noir et envoient plus d’argent dans leur pays d’origine que l’aide publique au développement !

Médecins du monde s’inquiète face à la malnutrition infantile au nord du Mali

Par RFI

Médecins du monde tire la sonnette d’alarme : le taux de malnutrition infantile au nord du Mali dépasse le seuil d’alerte. A l’occasion d’une campagne de vaccination organisée dans les régions de Gao et Kidal, campagne au cours de laquelle 19 000 enfants ont été traités, les équipes de Médecins du monde ont organisé un dépistage de la malnutrition. Les résultats sont alarmants, comme l’explique Olivier Vandecasteele, coordinateur de projet au Mali pour Médecins du monde. Son organisation appelle les donateurs à rester mobilisés, craignant que certains bailleurs de fonds mettent fin à leur financement en 2013.

Olivier Vandecasteele

Coordinateur de projet au Mali pour Médecins du monde

La prise en charge nutritionnelle est vraiment fondamentale. L’ensemble de la communauté humanitaire répond, sur ce dossier là, de manière très importante

31/10/2012 par Marie-Pierre Olphand