Médecins du monde interpelle les autorités

Pour Médecins du Monde, «il y a urgence humanitaire». L’association a adressé une lettre ouverte au préfet du Rhône, Jean-François Carenco, et au maire PS de Lyon, Gérard Collomb, concernant la situation de 180 demandeurs d’asile albanais. Des familles, comptant de nombreux enfants en bas âge et six femmes enceintes, qui ont trouvé refuge sous le pont Kitchener après avoir été évacuées de la place Carnot la semaine passée. «Il fait très chaud, c’est très pollué. Deux femmes sont sur le point d’accoucher, les enfants sont déshydratés, explique Adélie de MDM. Quand on arrive là, on n’a plus l’impression d’être en France.» Pour venir en aide à ces demandeurs d’asile, l’association demande aux autorités «la mise à disposition immédiate d’un lieu où ils pourront dormir dans des conditions d’hygiène acceptables.» La préfecture n’a pas souhaité réagir mercredi. E. R.

Médecins du Monde s’inquiète de l’afflux massif de Congolais chassés d’Angola, dans des conditions souvent violentes

Suite à l’ultimatum lancé en avril par le gouvernement angolais aux Congolais en situation irrégulière, de quitter le territoire, leur retour « volontaire » s’effectue à nouveau dans des conditions souvent violentes. L’afflux est massif : les services de santé sont engorgés par ces « retournés », qui manquent d’assistance. Médecins du Monde demande aux autorités angolaises de respecter leurs engagements internationaux, à la communauté internationale de se pencher sur ces violences, et aux acteurs humanitaires de se mobiliser.

Nombreux sont les Congolais qui cherchent un avenir meilleur en allant travailler dans le secteur minier de l’autre côté de la frontière, en Angola. Leur quête se termine souvent par leur exploitation, la violence et la peur. Des milliers d’entre eux sont arrêtés pour être déportés et atterrir dans les cachots situés à la frontière angolaise. Là, ils sont souvent violentés, avant d’être expulsés vers la RDC. Lire la suite

Nouvelle campagne de Médecins du Monde, axée sur son action en France

PARIS – Médecins du Monde (MDM) lance une nouvelle campagne d’appel aux dons axée sur son action en France, où l’ONG prend en charge chaque année plus de 50.000 personnes démunies, annonce-t-elle lundi dans un communiqué.

Intitulée Médecins du Monde, médecins de tout le monde, la campagne est relayée par le site tousmedecinsdumonde.org, qui chaque vendredi proposera un témoignage sonore de personnes aidées, de bénévoles et de salariés de l’association œuvrant en France, ainsi que sur la station de radio France Inter et le réseau Radio Bleue qui diffuseront la campagne.

Des photographies réalisées par Jérôme Sessini, de l’agence Magnum Photos, seront également montrées sur le site et dans la presse.

Les thèmes abordés sont aussi variés que les différentes missions de MDM dans l’Hexagone: bidonvilles en Seine-Saint-Denis, aide aux sans-abris à Strasbourg, Funambus allant à la rencontre des prostitué(e)s à Nantes, etc.

Le premier document sonore a été réalisé dans un bidonville rom de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Dans les bidonvilles de ce département le plus pauvre de France, plus de la moitié des consultations médicales dispensées par MDM concernent des enfants de moins de 16 ans, indique l’association dans un communiqué.

La campagne prendra fin le 17 octobre, journée internationale de lutte contre la misère, date à laquelle Médecins du Monde publie son rapport annuel de l’Observatoire de l’accès aux soins des plus démunis en France, explique l’ONG.

Ce baromètre annuel, élaboré à partir des informations recueillies sur le terrain, mesure la difficulté, voire la quasi impossibilité de se faire soigner quand on se trouve en condition de précarité ou d’exclusion. A l’heure où la crise (économique) jette un nombre sans cesse croissant de familles et de personnes seules dans la précarité, la solidarité devient plus que jamais indispensable, souligne MDM.

La France demeure l’un des pays qui compte le moins de pauvres en Europe, mais la pauvreté, après y avoir baissé sans discontinuer depuis le début des années 1970, a augmenté depuis le début des années 2000, et en particulier depuis le début de la crise économique en 2007.

(©AFP / 27 mai 2013 17h29)

A Lyon, l’errance des familles roms endeuillées

16 mai 2013 à 15:29
Des familles roms quittent l’usine désaffectée où l’incendie s’est déclaré, le 13 mai.

Reportage Les 200 Roms sinistrés après l’incendie de l’immeuble qu’ils squattaient passent leurs journées à attendre un abri que les associations désespèrent de trouver.
Par ANNE-CAROLINE JAMBAUD correspondance à Lyon

«C’est inhumain de les obliger à errer sous la pluie et par 7 degrés, après le drame qu’ils ont vécu», s’emporte Gilberte Renard, militante au CLASSES, collectif lyonnais pour la scolarisation des enfants des squats. Au surlendemain de l’incendie de leur squat qui a fait trois victimes, près de 200 Roms passent leurs journées dans le froid, entre le parc de Bron-Parilly et les rues du VIIIe arrondissement de Lyon. Le gymnase du collège qui leur sert d’hébergement d’urgence depuis le drame, sans doute pour quinze jours, ferme en effet ses portes de 10 heures à 15 heures. Ce jeudi matin, les Roms sont donc sortis, avec pour tout viatique un régime de bananes et un paquet de pain de mie donnés par Médecins du monde.
«Le gouvernement doit se saisir de la question de l’intégration des Roms»

Recueilli par Amandine Cailhol

Coïncidence de calendrier, au lendemain de l’incendie du squat de Roms à Lyon lundi, le Premier ministre, accompagné des ministres Cécile Duflot (Logement), Manuel Valls (Intérieur) et Marie-Arlette Carlotti (Lutte contre l’exclusion), rencontrait ce mardi matin le Collectif des associations unies pour une nouvelle politique publique du logement des personnes sans abri et mal logées (CAU) et le collectif Romeurope. Reçus une première fois à Matignon, en novembre 2012, les représentants des principales associations d’hébergement et d’accès au logement avaient adressé, le 3 mai dernier, une lettre au Premier Ministre. Le but: alerter le gouvernement sur la précarisation croissante des mal-logés et notamment des Roms. A l’occasion de cette seconde audience, Thierry Brigaud, président de Médecins du Monde, a refait part de ses inquiétudes, au nom du collectif Romeurope.

A lire l’interview de Thierry Brigaud, président de Médecins du monde

Etes-vous satisfait des réponses apportées par le gouvernement au cours de la réunion de ce matin ?

J’ai l’impression que le ton a changé : le Premier ministre a clairement affiché sa volonté d’appliquer la circulaire du 26 août 2012, de mener une véritable politique d’intégration et de rompre avec la stigmatisation des Roms. Je reste cependant sur la réserve face à un double discours, tenu notamment par le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui, tout en reprenant les objectifs positifs du Premier ministre, maintient sa ligne directrice focalisée sur les expulsions. Son discours est très clair : la loi dit qu’il faut expulser, donc j’expulse. Lire la suite

Incendie/squat: des associations jugent urgent d’aider les Roms, pas de les expulser

PARIS, 13 mai 2013 (AFP) – L’incendie mortel dans un bâtiment squatté par des familles roms à Lyon souligne l’importance d’aider ces populations et ne justifient en aucun cas leur expulsion, ont estimé lundi des associations de défense des droits de l’Homme, en contradiction avec Manuel Valls.

Deux enfants et une femme ont péri dans la nuit de dimanche à lundi quand un incendie a ravagé une usine désaffectée de Lyon occupée par plus de 200 Roms.

Sur place, le ministre de l’Intérieur a manifesté sa « profonde tristesse » mais estimé qu’il fallait continuer à évacuer « les campements de fortune », « un vrai danger », selon lui.

« Face à cette tragédie, Médecins du Monde rappelle que l’urgence n’est pas d’expulser mais bien de protéger les personnes les plus précaires, et trouver des solutions de logement pérennes », selon un communiqué.

« Le coût humain de ce drame témoigne une nouvelle fois (…) de l’urgence à améliorer leurs conditions de vie comme le prévoit la circulaire du 26 août 2012″, a ajouté MDM.

Après un été marqué par de nombreuses expulsions de camps roms, plusieurs ministres ont signé cette circulaire qui demande aux préfets d’anticiper et d’ »accompagner » les démantèlements des « campements illicites », notamment en cherchant des solutions de relogement.

« A l’heure actuelle, le maximum fait par les autorités (et rarement) a été de payer 2-3 nuitées d’hôtel aux personnes expulsées ou victimes d’incendies comme celui de Lyon », dit La Voix des Roms, dans un communiqué intitulé « les larmes de crocodiles de Valls »

Ensuite « les « hébergés » sont mis dehors et doivent tout recommencer, en étant chassés de partout par la police de M. Valls », ajoute la Voix des Roms.
chp/ao/DS

A Paris, le minibus de l’association Gaia au secours des toxicomanes

Ils arrivent seuls ou par petit groupe, disent bonjour aux habitués et attendent leur tour avec impatience: chaque jour, le minibus de l’association Gaia accueille à Paris des dizaines d’usagers de drogue, venus chercher leur traitement de substitution aux opiacés.

Issue de l’ONG Médecins du Monde, Gaia va bientôt prendre en charge la salle de consommation de drogue qui ouvrira près de la gare du Nord, à Paris.

Dans la capitale, elle gère déjà deux programmes à destination des toxicomanes: une unité mobile d’échange de seringues qui reçoit plus de 2.000 personnes par an, et le Centre de soins, d’accueil et de prévention en addictologie (CSAPA), installé dans un minibus qui accueille annuellement environ 800 personnes en traitement de substitution à l’héroïne.

Sur le faubourg longeant la gare de l’Est, les usagers patientent chaque début d’après-midi devant le petit bus blanc. Beaucoup se connaissent et s’interpellent. Mais la tension peut monter très vite, quand certains sont en manque.

« J’ai trop mal », hurle en anglais Daniel, SDF alcoolisé venu avec son chien. Les quatre membres de Gaia, dont deux infirmières, désamorcent rapidement la crise et le font monter dans le minibus. Les cas de violence sont rares, « on sait y faire face », explique la directrice de Gaia-Paris, Elisabeth Avril.

« On fait ça depuis 20 ans, on pourrait nous reconnaître quelques compétences en la matière », insiste ce médecin généraliste. Défendant « un travail en collaboration » avec les toxicomanes, elle explique qu’il faut « comprendre comment ils en sont arrivés là. On ne juge pas, même si on ne dit jamais non plus que +la drogue c’est bien+ ».

Beaucoup viennent chercher leur traitement depuis plusieurs années, comme Michelle, petite femme ronde, dans le programme depuis trois ans. Chaque jour, elle entre dans la petite pièce au fond du véhicule, à l’abri des regards, où l’infirmière, avec son numéro d’admission, retrouve sur l’ordinateur la posologie établie par un médecin.

Un traitement à consommer sur place

Michelle reçoit son traitement – de la méthadone, médicament généralement administré -, directement dans un verre qu’elle doit boire sur place. S’il s’agit de cachets de Subutex, l’usager les avale aussi devant l’infirmière, pour éviter tout trafic, explique Thomas Dusouchet, pharmacien et coordinateur du programme. Gaia fournit aussi seringues stériles, préservatifs ou lingettes désinfectantes à ceux qui le demandent.

Le traitement est prévu pour 24 heures. Rater une prise n’est pas dangereux, mais en cas d’absence de plus de deux jours, la posologie est réduite, car « on peut penser que l’usager a consommé quelque chose d’autre », ajoute-t-il.

Marco, mince jeune homme à lunettes, vient depuis trois mois Porte de la Chapelle, dans le nord de Paris, deuxième étape du bus. « Ca m’a donné un équilibre. Avant je dépensais jusqu’à 100 euros par jour pour acheter des produits », explique cet ancien salarié d’une salle de concert parisienne, qui a perdu son emploi « à cause de la drogue » mais a « la chance d’avoir un appartement ».

Environ 20% des usagers du bus ont un salaire et un logement. Les autres vivent en centre d’hébergement ou dans la rue, comme Djamel, 48 ans. Visage couvert d’ecchymoses, il ne sait plus depuis quand il vient chez Gaia, mais « sans eux, je ferais n’importe quoi », dit-il. Il avoue continuer quelque fois à « faire des shoots ».

Alcool, crack, « La polyconsommation est une réalité. Nos équipes sont vigilantes au risque de surdosage. Si on a le sentiment que l’usager a déjà consommé, on réduit le traitement », explique Thomas Dusouchet.

« Consommer de la méthadone réduit la prise de risques, notamment par injection, et permet d’établir un lien avec des professionnels. C’est une première marche vers les soins » insiste-t-il.

Mais « ce sont des parcours chaotiques. Certains sortent du programme et puis on les retrouve quelques années plus tard », reconnaît Elisabeth Avril.