Journée des donateurs médecins du Monde à Marseille

 

Rencontre avec les donateurs de Médecins du monde

   Jeudi 12 décembre à 18 heures 30

 

Au siège de la délégation PACA de Médecins du Monde

         4 avenue Rostand 13003 Marseille

           (métro ligne 2, station National)

 

 

Chère donatrice, cher donateur,

Nous vous invitons à une soirée d’échanges et de débats.

En présence de :
Thierry Brigaud, Président de Médecins du Monde et Philippe Rodier, Délégué régional PACA.

« MEDECINS DU MONDE, ICI ET LÀ-BAS » 

Vous pouvez vous inscrire directement  par email  « paca@medecinsdumonde.net »   ou par téléphone : 04 95 04 59 60.

Pour faciliter l’organisation de la soirée, une inscription avant le 5 décembre serait la bienvenue.

Nous comptons sur votre présence, et serons heureux de vous écouter et de répondre à vos questions sur l’action de Médecins du Monde , en France, et notamment en région PACA, et à l’international.


Nous vous remercions pour votre soutien.

Bien cordialement,

Olivier Péray
Président du Comité des donateurs
de Médecins du Monde

contact@comitedonateursmdm.org

Médecins du Monde en action

Du centre hospitalier universitaire de Reims aux Philippines. Le docteur Patrick David, anesthésiste, sait ce qu’urgence et catastrophe veulent dire. Membre du conseil d’administration de Médecins du Monde, il ne partira « pas tout de suite » à Manille mais suit avec attention la situation.

L’association humanitaire est présente de longue date dans la capitale, via un programme Santé et environnement, pour suivre les habitants recyclant des déchets. « Une douzaine de personnes est en permanence à Manille, ce qui facilite nos interventions, toujours effectuées en lien avec des médecins locaux », détaille le praticien rémois.

Un logisticien expérimenté devrait avoir rejoint la zone de Tacloban aujourd’hui, là où le typhon a tout dévasté. Son rôle : évaluer les besoins et trouver « ce qui aura une vraie utilité ».

Les premiers besoins, dictés aussi des leçons du tsunami de 2004, iront plutôt à des cliniques mobiles.

« Notre but est d’aller au plus près des gens, alors que tout le réseau de soins est déstructuré », analyse encore M. David.

« Ne pas verser

dans la démesure »

Les premières réponses peuvent relever de la chirurgie, puis de la lutte contre les épidémies. Avant de réfléchir à la pérennité des actions.

Médecins du Monde finance sur ses fonds propres (25 000 €) cette nouvelle mission. Les humanitaires entendent « monter en puissance » et constituer des équipes progressivement. Avec pour objectif de « ne pas verser dans la démesure », comme il y a sept ans, quand les dons avaient afflué. Patrick David estime cependant à 50 000 ou 100 000 le nombre des blessés.

Un appel à la générosité est lancé sur le site www.medecinsdumonde.org.

Philippines : « soigner les corps et les esprits »

DÉCRYPTAGE – Deux spécialistes de la médecine humanitaire expliquent les risques sanitaires qui découlent du typhon.

L’INFO. Après le cataclysme, l’aide d’urgence s’organise. Le typhon Haiyan a ravagé le centre des Philippines, où l’état de catastrophe nationale a été déclaré. Les organisations humanitaires s’activent depuis vendredi pour tenter de porter secours aux très nombreuses victimes, dont le nombre n’est pas encore connu avec précision. Après une catastrophe d’une telle ampleur, les risques sanitaires sont évidemment importants. Mais ils ne sont pas forcément ceux auxquels on pourrait penser à première vue. Le point sur la question avec l’expertise de Hugo Tiffou, responsable du pôle Asie chez Médecins du Monde, et avec le Dr Claire Rieux, vice-présidente de Médecins sans frontières.

« L’épidémie n’est pas le premier risque »… « Honnêtement après un typhon, contrairement à ce à quoi on pourrait s’attendre, l’épidémie n’est pas le premier risque », précise Hugo Tiffou à Europe1.fr. Il faut d’abord soigner les blessés. « Il y a des personnes qui ont perdu leur toit au début du passage du typhon et pendant une demi-heure, une heure, elles ont été exposées à des vents de 300 km/h », souligne-t-il. Et puis, il y a aussi « tous les besoins de santé d’une population qui, tout d’un coup, se retrouve sans infrastructures médicales », explique aussi le Dr Claire Rieux, citant « accouchements compliqués », « appendicites » ou encore maladies nécessitant des traitements au long cours, comme le diabète.

Typhon aux Philippines : 10.000 morts à Tacloban

… chaque pathologie devient une urgence vitale. Une fois les blessés soignés, « on va passer à des maladies finalement assez classiques » : affections ORL ou dermatologiques. « Quelqu’un qui vit au froid, avec des problèmes de dénutrition et d’accès à l’eau, sans abri, va être plus fragile à un rhume, une pneumonie », énumère Hugo Tiffou. On peut aussi retrouver « les mêmes épidémies que l’on trouve dans ces régions », comme la dengue, cette maladie transmise par les moustiques et qui donne des fièvres, voire des hémorragies. En revanche, le paludisme, également transmis par les moustiques, est « moins virulent » aux Philippines. Les médecins devront en outre être attentifs au développement du tétanos, contre lequel les enfants des îles Visayas, assez pauvres, sont peu vaccinés, note Médecins du Monde.

Deux jours après le passage du typhon, les Philippins comptent leurs morts.

© REUTERS

Le problème de l’eau. Autre sujet primordial d’inquiétude : l’eau. Car l’eau est « toujours le lit de certains microbes, en particulier tout ce qui est diarrhées », rappelle le Dr Claire Rieux, ajoutant : « s’il y a une stagnation d’eaux usées, surtout s’il n’y a a pas d’eau potable rapidement et que par malheur cette eau potable a été contaminée par un agent pathogène, c’est clair qu’on peut avoir un risque d’épidémie ». Aux Philippines, une autre maladie, la leptospirose, transmise par l’urine de rat, est courante après les inondations. Or, si l’eau n’est pas saine, les rats risquent de prospérer et donc de transmettre cette pathologie qui « peut donner des fièvres au long court et des défaillances viscérales ».

> TÉMOIGNAGE : « Des corps tout le long des chemins »

Les troubles psychologiques. Après une catastrophe comme celle des Philippines, il ne faut pas soigner seulement les corps, mais aussi les esprits. « Il y a ceux qui auront pu enterrer leurs proches et ceux qui auront des disparus non retrouvés, et tous ceux qui, à la suite de ces événements violents, auront des manifestations d’ordre psychologique », insiste-t-on chez Médecins du Monde. Chez ces gens qui auront « perdu des êtres chers, leur maison, leur travail », assure aussi le Dr Claire Rieux, il y a aussi une vraie urgence et « un besoin de prendre en charge les troubles de santé mentale ».

Médecins du monde s’implante dans la campagne auvergnate

 

L’organisation humanitaire a ouvert sa première mission en milieu rural en France, dans les Combrailles, en Auvergne.

Valérie Pillet, assistante sociale de la mission de Médecins du monde à Saint-éloy-les-Mines.

 (Bruno AMSELLEM / SIGNATURES)

Valérie Pillet, assistante sociale de la mission de Médecins du monde à Saint-éloy-les-Mines.

L’objectif n’est pas de soigner, mais d’accompagner des personnes en difficulté vers le système de santé de droit commun.

Avec cet article

Le contour de la vitrine est resté bleu, héritage de l’époque où les locaux étaient occupés par un laboratoire d’analyses médicales. Depuis le début de l’année 2013, ces murs abritent la première mission de Médecins du monde ouverte en milieu rural en France.

Basée à Saint-Éloy-les-Mines, un bourg situé à une heure de route de Clermont-Ferrand, l’antenne couvre une partie des Combrailles, peuplée d’environ 20 000 habitants, dans le nord du Puy-de-Dôme. Au rez-de-chaussée, un petit salon et un cabinet médical équipé à minima. À l’étage, deux bureaux, une salle de réunion et une pharmacie de base.

Ni réfugiés ni SDF, mais des personnes isolées et abandonnées

Installée derrière un comptoir, Michelle Magnier est chargée de l’accueil. Avant de prendre son poste, en septembre, cette bénévole se demandait ce que pouvait bien venir faire l’organisation humanitaire dans ce coin du Massif central. « Comme la plupart des Éloysiens, je pensais que c’était pour s’occuper des réfugiés », dit-elle.

La commune abrite en effet un centre d’accueil de demandeurs d’asile, inauguré en janvier 2012. Maintenant, l’Auvergnate sait que cela « n’a rien à voir ». « Nous avons aussi chez nous beaucoup de gens en situation de précarité », constate-t-elle. Et certains d’entre eux peuvent renoncer à se soigner.

« On voit bien dans notre travail qu’il existe dans ces zones une population difficile d’accès, pour qui la santé n’est pas une priorité, note Olivier Lesens, médecin au CHU de Clermont-Ferrand. Cela génère des retards de diagnostic et de prise en charge. Ce ne sont pas des SDF, mais ces personnes se sentent à la fois isolées et abandonnées. En plus, elles ont du mal à aller chercher de l’aide. » Animateur d’une formation « précarité-santé » pour sensibiliser les généralistes à la question, il a poursuivi sa réflexion en proposant à Médecins du monde de lancer cette mission dans sa région, plus précisément dans les Combrailles.

Un phénomène de renoncement aux soins

Mixte par sa population – des néoruraux y sont implantés – et son économie – l’agriculture y côtoie l’industrie –, le secteur n’est pas un désert médical. « Les renoncements aux soins sont liés à des facteurs très divers, poursuit Pascal Dessenne, psychologue clinicien et co-créateur du projet. Cela peut être lié aux fins de mois difficiles et à l’isolement géographique, mais cela peut être aussi de l’auto-exclusion. On a des droits sociaux, mais on laisse tomber parce que c’est trop complexe. En plus, en campagne, le phénomène est moins “lisible”. Les médecins ont aussi du mal à gérer la suite des consultations. Ils font des prescriptions pour un examen, sans avoir forcément à l’esprit que leurs patients n’ont pas toujours les moyens de se déplacer à Clermont. »

L’initiative a été fraîchement accueillie par certains élus et professionnels de la santé du cru, étonnés de voir débarquer sur leurs terres une ONG plus réputée pour sa présence à l’étranger ou son aide aux sans-abri. « Nous n’avons pas vocation à faire des soins, sauf exception, insiste Hala El Khoury, la coordinatrice de la mission auvergnate. Nos trois médecins bénévoles font d’abord des diagnostics et ne prennent pas le travail de leurs collègues. Nous accompagnons des personnes en difficulté pour les faire revenir dans le droit commun. »

Un dispositif expérimental et à durée limitée

Soutenue financièrement par l’agence régionale de santé, la structure se veut être un « appui supplémentaire » à ce qui existe déjà. « On ne cherche pas à se substituer aux acteurs locaux », souligne Olivier Lesens. Le dispositif s’appelle d’ailleurs Rescorda, pour réseau de santé et coordination d’appui. Il se veut expérimental et à durée limitée, l’objectif étant de le transmettre à un autre intervenant dans trois ou quatre ans. L’expérience est en cours d’extension dans les Combrailles, vers des parties où des agriculteurs sont susceptibles d’en bénéficier. Elle pourrait aussi être reproduite dans autres régions.

Après une longue période préparatoire, le démarrage a été lent. À ce jour, seuls vingt dossiers sont ouverts. Beaucoup concernent des néoruraux attirés par les mirages de la vie au grand air. « Il s’agit souvent de femmes isolées », précise Valérie Pillet, l’assistante sociale. Elle suit ainsi une jeune femme de 19 ans, sans emploi et isolée après avoir a rompu les ponts avec sa famille. Après un premier contact lié au traitement d’un problème hormonal, d’autres maux sont remontés à la surface : mauvaise vue, surpoids… « On a pris rendez-vous avec une diététicienne qui vient une fois par mois à Saint-Éloy, raconte Valérie Pillet. C’est gratuit, et cette jeune femme ne le savait pas. Tout cela est un travail de longue haleine. »

—————————————————-

Un taux de pauvreté supérieur à celui des villes

Selon un rapport du Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (CGAAER) et de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) publié en 2010, le « taux de pauvreté monétaire moyen » dans l’espace rural était 2006 de 13,7 %, contre 11,3 % dans l’espace urbain. En outre, dans plus d’un tiers des départements de France métropolitaine, le taux de pauvreté dans la population rurale dépassait 19 %.

Sans les quantifier, le rapport distingue deux catégories de précaires. La première regroupe les agriculteurs dont l’exploitation dégage peu de revenus, les personnes victimes de la désindustrialisation, les personnes âgées à faible revenu isolées, les jeunes sans qualification et parfois en rupture familiale ; la seconde regroupe les néoruraux confrontés à des difficultés à la fois financières et liées à l’isolement, les familles urbaines en situation de pauvreté s’installant en milieu rural et les personnes en « errance ».

PASCAL CHARRIER (dans le Puy-de-Dôme)

François Pernin: «Il faut agir sur les mécanismes de la pauvreté»

NTERVIEW – François Pernin est chef de service urologie à l’hôpital de la Miséricorde d’Ajaccio, mais aussi membre de la délégation régionale de Médecins du Monde, président de la Coordination inter-associative de lutte contre l’exclusion (CLE) et membre du Collectif contre la précarité (CCP). Intervenant au Festival du vent, il veut attirer l’attention sur la montée de la pauvreté, sous de nouvelles formes, et touchant des personnes jusque-là épargnées…

Quelles sont les différences entre pauvreté, précarité, exclusion?

Dans la pyramide des besoins de Maslow, le premier étage représente les besoins vitaux (se nourrir, se loger…). Quand ils ne sont pas assurés, on est dans la pauvreté. Le deuxième étage, c’est le besoin de sécurité, de vivre sans incertitude ni angoisse. Sans cela, on est dans la précarité. L’exclusion, c’est quand la société ne voit plus une personne.

A quoi voit-on la montée de la pauvreté en France? Lire la suite

Pour une meilleure intégration des Roms à Bruxelles

Différentes organisations ont signé un manifeste qui demande la mise en place d’un groupe de travail afin d’aider l’intégration des familles roms en Région bruxelloise. Le manifeste a été présenté mardi à Saint-Josse-ten-Noode par le bourgmestre de la commune, Emir Kir (PS), Médecins du Monde et la Ligue des droits de l’Homme.Les signataires exigent la mise en place d’un groupe de travail dirigé par la Région bruxelloise qui collaborerait entre autres avec les représentants du gouvernement fédéral et les communes accueillant les familles roms, afin de réfléchir à des solutions d’intégration durable. « C’est hallucinant de voir comment les Roms sont traités dans la capitale de l’Europe », a déclaré Alexis Deswaef, président de la Ligue des droits de l’Homme. « Il est nécessaire de travailler avec les politiciens locaux pour mettre un terme aux discriminations envers ces personnes. » Le manifeste tient en trois principes de base: stabiliser la situation, effectuer un suivi social assurant l’accès aux droits sociaux et les intégrer dans le droit commun. Les organisations veulent également que des mesures urgentes soient prises pour assurer les besoins fondamentaux des Roms, comme l’hébergement d’urgence et les soins. Il y a actuellement 300 Roms enregistrés en Région bruxelloise. « 50% d’entre eux sont enregistrés dans notre commune, mais il y en a beaucoup plus dans les faits », explique le bourgmestre de Saint-Josse-ten-Noode, Emir Kir, qui demande une meilleure collaboration entre les communes. « L’intégration est possible pour chacun, mais ça doit se faire de manière humaine. » (Belga)