Mediapart lance l’opération Ouvrez l’Europe #OpenEurope

En partenariat avec sept journaux tunisien et européens, des associations et des ONG, Mediapart lance l’opération spéciale Ouvrez l’Europe #OpenEurope. Face à l’égoïsme médiocre des responsables européens, il s’agit de raconter les solidarités concrètes qui se construisent pour venir en aide aux migrants. Et de défendre un projet européen fidèle à ses valeurs d’accueil, d’asile et d’ouverture.

L’ONG Médecins du Monde alerte sur l’accès aux soins des personnes vulnérables

 

Médecins du Monde(1)Le réseau international de Médecins du Monde (MdM) a publié, en mai dernier, son rapport annuel sur l’accès aux soins en Europe, intitulé « L’accès aux soins des personnes confrontées à de multiples facteurs de vulnérabilité ». À ce titre, le rapport étudie plus particulièrement le cas des enfants et des femmes enceintes, mais également des migrants. Au vu des résultats inquiétants de l’étude, l’ONG s’interroge : l’Europe est-elle réellement le berceau des droits humains ?

 

Malgré les différents textes ou engagements internationaux garantissant les droits fondamentaux des personnes, les valeurs tels l’universalité, l’accès à des soins de qualité, l’équité ou encore la solidarité ne demeurent bien souvent que des notions théoriques. Ce rapport de MdM s’appuie sur des données collectées en 2014 lors de consultations médicales ou sociales individuelles réalisées auprès de 23 040 personnes dans 25 villes de différents pays (Allemagne, Belgique, Espagne, France, Grèce, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède, Suisse et Turquie).

 

Des données inquiétantes. Ce rapport relève que 62,9% des personnes reçues par MdM en Europe ne bénéficient pas de couverture santé. Plus de la moitié des enfants ne sont pas vaccinées contre des maladies tels que le tétanos, la rougeole, les oreillons ou encore la rubéole, alors que ces vaccinations sont reconnues comme étant d’une grande importance. Quant aux femmes enceintes, elles sont 54,2% à n’avoir pas bénéficié de consultation prénatale avant leur consultation par MdM. Cela est probablement dû au fait qu’elles sont 81,1% à ne pas avoir de couverture santé, et qu’une grande majorité d’entre elles vit sous le seuil de pauvreté. Lire la suite

Plan Grand Froid : à Calais, l’ouverture du hangar pour les migrants ne fait pas l’unanimité

Le niveau 2 du plan Grand Froid a été déclenché vendredi par le préfet du Pas-de-Calais nécessitant l’ouverture d’un hangar, rue Clément-Ader, pour y héberger les migrants. Pour cette première nuit, l’association Solid’R, qui gère le lieu sur mandat de l’État, a reçu quarante-quatre hommes et une femme, la plupart soudanais.

 

Présenté par l’État comme un lieu qui peut accueillir 1 500 migrants, le hangar de 4 000 m², rue Clément-Ader, n’est utilisable que sur 500 m² parce qu’une partie du bâtiment est exposée aux courants d’air et aux fuites d’eau. Une quarantaine de migrants s’y sont rendus pour y passer la nuit de vendredi à ce samedi. Lire la suite

VIDEO. Médecins du Monde crée le buzz avec une fausse annonce de location

« Cabane insolite dans les bois », tel est le titre de l’annonce de location qui a agité la toile. Sur un site de petites annonces, elle détonne. Une opération de communication menée par Médecins du Monde pour sensibiliser à la situation des migrants, à l’approche du froid.

video-medecins-du-monde-cree-le-buzz-avec-une-fausse-annonce-de-location_782867.html

« Ça a permis à des personnes qui n’ont pas forcément eu accès à cette information de la voir sous un autre angle et de la voir dans son quotidien aussi », explique Cécile Bossy, coordinatrice de Médecins du Monde. « Évidemment, ce n’était pas pour choquer, mais plus interpeller avec un autre mode de communication », ajoute-t-elle.

« Tout le monde s’en fiche »

Des tentes comme celles de la petite annonce, il y en a des dizaines à Calais. Abakwee Grandcar était agriculteur au Darfour, il a 29 ans et vit dans un abri de fortune, depuis 7 mois.

« J’étais dans un camp de réfugiés au Darfour et quand je suis arrivé ici, j’ai retrouvé quasiment la même situation. La seule différence, c’est qu’il n’y a pas d’armes à feu. Il fait froid, c’est difficile. On tombe malade et parfois on n’est pas soigné. Tout le monde s’en fiche qu’on vive comme ça « , explique le migrant.

L’opération de Médecins du Monde a trouvé un écho favorable auprès des associations qui viennent en aide aux migrants.

Campagne : pourquoi la réalité ne nous touche-t-elle que lorsqu’elle prend la forme d’une fiction ?

En Belgique mais pas que, ici aussi.

En 2014, la pauvreté dans la rue capte trop peu notre regard. Nous ignorons souvent la présence des plus démunis. Ce n’est que quand des films sont tournés, des livres ou des pièces de théâtre sont écrites que les histoires tragiques attirent l’attention. Médecins du Monde s’est basé sur ce phénomène pour lancer aujourd’hui une campagne qui sera diffusée dans tout le pays.

Dans la rue, une femme a urgemment besoin d’assistance médicale. Des passants la croisent sans la regarder. Mais dès qu’un plateau de cinéma est monté autour d’elle (avec caméras, lumières et la présence du célèbre réalisateur Jan Verheyen), quelque chose d’étrange se produit : les gens s’avancent silencieusement vers cette femme. Ils sont curieux et s’intéressent à elle. Surgit alors cette question: pourquoi la réalité ne nous touche-t-elle que lorsqu’elle prend la forme d’une fiction?

Le but de ce film est de donner un visage aux milliers de personnes vulnérables en Belgique n’ayant pas accès aux soins médicaux,” explique Stéphane Heymans, coordinateur des projets belges de Médecins du Monde. Dès aujourd’hui, la campagne devient virale. La femme que l’on voit dans le film est une actrice, par contre les réactions des passants sont bel et bien réelles. Un message identique est diffusé à la radio, avec la participation de trois célébrités (Deborah François – Comédienne, Thomas Gunzig – Ecrivain et chroniqueur, Alain Berliner – Réalisateur, à écouter ci-dessous).

Un paradoxe croissant

Qu’il s’agisse de personnes en situation de précarité, de sans-papiers, de personnes sans couverture médicale, d’usagers de drogue, de sans-abris ou de travailleurs du sexe, dans notre pays, les plus vulnérables ont de grandes difficultés à accéder à des soins, alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin. Parmi eux, 4 personnes sur 5 déclarent être en (très) mauvaise santé mais 67% n’ont pas accès aux soins.

Autre tendance inquiétante: le Belge « moyen » tarde de plus en plus à se rendre chez le médecin. En 1997, un Belge assuré sur 10 repoussait une consultation médicale pour des raisons financières. Aujourd’hui, c’est le cas d’une personne sur 7. Ce chiffre augmente dans les groupes les plus vulnérables: 40% des chômeurs, des personnes ayant un revenu modeste ou un revenu minimum se sont déjà trouvé dans l’obligation de postposer des soins médicaux.

C’est pourquoi Médecins du Monde plaide auprès des autorités fédérales, régionales et communales pour une assurance médicale universelle et un accès plus aisé aux soins de santé. C’est seulement ainsi que les plus vulnérables, telle l’heroïne de notre film, seront aidés et non exclus. 

https://www.youtube.com/watch?v=EDkmQ46wpq4

Marseille : la « carte SDF » ne passe pas

La carte de secours au « triangle jaune » introduite par le Samu social auprès des sans-abris de la ville de Marseille a soulevé un tollé. Explications.

Un étrange écusson sur la poitrine, une centaine de personnes était réunie le 3 décembre au matin, devant l’Hôtel de ville de Marseille pour dénoncer une mesure que les plus tendres qualifient de maladroite. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que la distribution de l’objet incriminé a été suspendue depuis huit jours.

Méry : « Je n’ai pas pris de décret »

C’es en tous cas ce qu’a annoncé Xavier Méry, adjoint UMP à l’intégration et à la lutte contre l’exclusion, concèdant « une maladresse ». « Ce qui me choque, c’est le rapprochement que l’on fait avec des parties sombres de notre Histoire. Je n’ai pas pris de décret municipal pour obliger tous les sans domicile fixe à porter cette carte… »
De quoi s’agit-il ? D’une carte dont l’idée a germé dans les têtes du personnel du Samu Social de la ville de Marseille. Une carte comportant des éléments permettant d’identifier rapidement un SDF : nom, prénom, n° de téléphone, personne à prévenir, n° de sécurité sociale, allergies, pathologies… Depuis sa mise en service, jusqu’à sa suspension, la carte a été distribuée à une centaine de SDF dans Marseille. La ville en compterait près de 1500.
« Ce n’est pas pour nous, nous connaissons les sans abris par leur prénom, c’est plus à destination des pompiers, par exemple…», explique René Giancarli, directeur du Samu social qui a déjà distribué ce sésame à une centaine de SDF.
Si la démarche peut paraître louable, puisqu’elle vise à faciliter l’accès aux soins pour les sans-abris, elle soulève de grosses réserves.

Un triangle jaune stigmatisant

Dans sa forme, stigmatisante, d’abord. Car cette carte, matérialisée sur son recto par un « triangle jaune », n’est pas sans rappeler une multitude de symboles utilisés au cours de l’Histoire pour mettre à l’index différentes populations. Lire la suite