Le paradoxe sanitaire français

Par le Dr Olivier Bernard, président de Médecins du monde, et le Dr Jean-François Corty, Directeur des missions France de Médecins du monde.

L e ministère de la Santé vient enfin d’autoriser l’utilisation des tests de dépistage rapide (TDR) du VIH, alors que la Haute Autorité de santé (HAS) et les groupes d’experts préconisaient une telle évolution des stratégies de prévention depuis plus de deux ans.

Sans attendre l’autorisation légale d’utiliser les TDR, Médecins du monde proposait déjà depuis un an des tests de dépistage rapide du VIH dans son centre de soins de Cayenne, en Guyane, pour faire face à un contexte d’épidémie généralisée. (En 2006, la prévalence des femmes accouchées à Saint-Laurent-du-Maroni est de 1,3 %, ce qui correspond à une situation d’épidémie généralisée, selon l’OMS. La Guyane connaît le taux de prévalence le plus élevé de France.) Nous avions également décidé de rendre ces tests accessibles à partir du 1er décembre 2010 en métropole en débutant par notre centre de soins de Seine-Saint-Denis.

[SOURCE]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>