Haïti victime de “la pornographie humanitaire”

Télévision | “Assistance mortelle”, un documentaire rageur, mardi sur Arte, pointe les dérives de l’aide internationale après le séisme en Haïti. Le directeur général de Médecins du monde réagit.

Le 13/04/2013 à 00h00 – Mis à jour le 15/04/2013 à 15h07
Propos recueillis par François EkchajzerTélérama n° 3300

 Réunion entre Jean-Max Bellerive (Premier Ministre), René Préval (Président) et Hillary Clinton. © Velvet Films
Réunion entre Jean-Max Bellerive (Premier Ministre), René Préval (Président) et Hillary Clinton. © Velvet Films

Trois ans après le tremblement de terre qui frappa Haïti en janvier 2010, le cinéaste haïtien Raoul Peck dresse un bilan accusateur de l’aide internationale. Directeur général de Médecins du monde, Pierre Salignon réagit à ce documentaire plein de colère.

Que pensez-vous du documentaire “Assistance mortelle” ?

C’est un film très dense, compact comme un coup de poing et d’une grande force émotionnelle. Un documentaire à charge et volontairement polémique, qui n’hésite pas à parler de « pornographie humanitaire », traduisant une perception présente en Haïti et portée ici par Raoul Peck, un témoin privilégié de la scène politique haïtienne et de ses dérives.

C’est aussi un appel salutaire à refonder le système de l’aide pour le rendre respectueux des attentes de ceux qui en bénéficient. Une dénonciation du contournement de l’Etat haïtien par l’aide au développement et à la reconstruction, qui fait des Haïtiens des assistés sans pouvoir de décision, ni véritable pouvoir d’influence.

Prôneriez-vous pour autant une distribution directe de l’aide à Haïti ?

Sur le principe, Raoul Peck a raison de considérer que l’argent devrait être versé à l’Etat haïtien. Sur le terrain, c’est un peu plus compliqué. Oui, ce sont les communautés qui devraient prendre leur destin en main ; et ce discours, Médecins du monde le tient aussi. Mais est-ce vraiment possible, quand les capacités de cet Etat sont réduites à néant ou presque ? Des milliers de fonctionnaires ont péri dans le séisme et tous les ministères, sauf un, ont été mis à terre.

D’un autre côté, ça ne justifie pas qu’on en fasse un argument pour écarter, comme on l’a fait, les Haïtiens dès les premières réunions de coordination, qui se sont tenues en anglais. Ni pour se garder de verser les milliards promis par les bailleurs internationaux, faute d’un Etat fort.

Où en est aujourd’hui Haïti ?

Au milieu du gué, comme le montre le film, entre promesses et reconstruction, entre révolte et lassitude. Les ­Haïtiens n’attendent plus après l’aide internationale. Ils reconstruisent les ­bidonvilles et se débrouillent comme ils l’ont toujours fait, en pratiquant le système D. Mais la crise haïtienne est l’une de celles qui ont donné lieu au plus grand nombre d’évaluations et dont on a le plus de leçons à tirer. A commencer par la nécessité de faire de chaque Etat frappé par une catastrophe un interlocuteur obligé de l’aide internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>