Grossesses non désirées : MDM renforce la lutte en synergie avec d’autres acteurs

Médecins du monde (MDM) France/ Burkina a organisé un atelier de concertation avec ses partenaires de mise en œuvre le 25 août 2015 à Loumbila. Cette rencontre vise à créer une synergie d’actions contre les grossesses non désirées.

Il n’y a pas de statistiques au niveau national sur les grossesses non désirées. Mais « certaines enquêtes nous indiquent que les grossesses non désirées constituent un phénomène surtout dans les milieux scolaires. Donc il est urgent d’agir avant qu’on ait des statistiques alarmantes », a indiqué Dr Philippe Zésouma Sanou de la direction de la santé de la famille.
C’est pourquoi Médecins du monde (MDM) renforce sa collaboration avec ses partenaires dans la lutte contre les grossesses non désirées. L’atelier de Loumbila vise à impliquer davantage ses partenaires dans une stratégie collective de plaidoyer pour une meilleure prise en compte des enjeux de la lutte contre les grossesses non désirées et les avortements clandestins.

Placé sous le thème « une santé sexuelle et reproductive passe aussi par la prévention des grossesses non désirées et des avortements clandestins », cet atelier a connu la participation d’hommes et de femmes de profils divers. Pour la responsable nationale plaidoyer de MDM, Cécile Thiombiano, cet atelier officialise le partenariat entre Médecins du monde et ses partenaires. « Pour nous, cet atelier vise à officialiser un partenariat au niveau central avec des organisations de la société civile qui vont accompagner la campagne que MDM fait pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive », a-t-elle affirmé.

Une démarche participative

Les participants vont donc apporter leur contribution pour une meilleure prise en compte des enjeux de la lutte contre les grossesses et les avortements clandestins. « On ne fait pas un plaidoyer seul. Parmi les autres acteurs, il y a des professionnels de santé, des juristes, des journalistes et des communicateurs et bien d’autres acteurs.Chacun vient avec ses compétences pour que nous les mettions au profit de la population », a expliqué madame Thiombiano. Cette vision est partagée par les associations qui prennent part à cet atelier et les représentants du ministère de la santé. Pour Marie Joseph Saré de l’Amicale burkinabè des infirmières (ABI), c’est la meilleure façon de lutter contre les grossesses non désirées et les avortements clandestins. « L’implication des différents acteurs est la meilleure façon de lutter contre les grossesses non désirées. Médecins du monde a essayé de copter des associations qui seront des associations ressources dans la lutte contre ces grossesses non désirées », a déclaré Marie Joseph Saré. Son association travaille déjà dans la sensibilisation contre les maladies sexuellement transmissibles et les grossesses non désirées dans les lycées et collèges. Pour Dr Philippe Zésouma Sanou, cet atelier prouve que « Médecins du monde ne travaille pas seule mais en partenariat avec le ministère de la santé et des autres acteurs qui interviennent et qui peuvent contribuer à la résolution des problèmes que sont les grossesses non désirées ».

Un programme axé sur la santé sexuelle et reproductive

MDM France est une ONG humanitaire qui intervient au Burkina depuis 2010. Elle a pris comme zone prioritaire la région du Sahel, notamment la province du Soum. MDM mène des actions communautaires sur le terrain, l’appui au district sanitaire de Djibo, et des actions qui vont directement en faveur des communautés à la base.
Son programme santé sexuelle et reproductive/ grossesses non désirées contribue à la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelle à travers la prévention des grossesses non désirées et les avortements clandestins au Burkina Faso. Les stratégies d’interventions sont principalement basées sur la mobilisation communautaire, l’appui des formations sanitaires en termes d’offre et de qualité de soin notamment pour la prévention et la prise en charge des grossesses non désirées.
En plus de ce programme, Médecins du monde développe un projet de lutte contre la malnutrition aiguë sévère avec complication (MASC) et aussi une réponse régionale à la maladie à virus Ebola.

Judicaël Gaël Lompo
Lefaso.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>