Dossier: Humanitaire

Par Elsa Fayner

temoignagechretien.fr

La défiance croissante à l’égard de l’occident dans certains pays du Sud a fait émerger des ONG locales. Une cohabitation a du s’installer.

En mai 2008, après le passage du cyclone Nargis, la Birmanie décide de filtrer l’aide internationale. Cinq mois plus tard, la section française de Médecins sans frontières est contrainte de quitter le Niger. En mars 2009, Karthoum exige l’expulsion du Darfour d’une dizaine d’ONG.

« C’est un moyen pour certains pays de s’affirmer par rapport à la commu­nauté internationale », estime Caroline Abu-Sada, chargée de re­cher­ches chez MSF Suisse. « Les organisations hu­ma­­nitaires, dans ces cas-là, servent de fusib­les. » D’autant plus si elles sont perçues comme des ambassadeurs de l’Occident.

S’IMPLANTER DANS TOUTES LES RÉGIONS DU MONDE

Et, ce, alors que les pays du Sud et émergents se trouvent de plus en plus nombreux à exercer leur souveraineté, et à avoir les moyens de mettre en œuvre leurs propres actions. S’ils acceptent la présence d’ONG étrangères, c’est donc désormais sur un mode négocié.

[SOURCE]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>