A Athènes, Médecins du monde ne réserve plus son aide aux migrants

À Athènes, la polyclinique de Médecins du monde ne reçoit plus seulement des migrants et des demandeurs d’asile comme le prévoyait sa mission d’origine. La cinquantaine de médecins et infirmières qui y travaillent, pour la plupart bénévolement, voient affluer un nouveau public de Grecs, appauvris par la crise au point qu’ils ne peuvent plus se soigner et se nourrir à leur faim. Ce centre de soins est situé dans le centre, à Koumoundourou Square. Un autre a ouvert à Perama, ville portuaire à une demi-heure de route de la capitale, et une unité médicale mobile circule dans les îles et les régions plus reculées. Entretien avec Christina Samartzi, responsable des programmes nationaux en Grèce pour l’ONG.

[SOURCE]

Les Roms évacués à Saint-Denis « forcés » de monter dans tramway puis RER

Les Roms évacués à Saint-Denis « forcés » de monter dans tramway puis RER

(AFP) – il y a 1 heure

PARIS — Les Roms évacués mercredi d’un campement à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ont été « forcés » de monter dans un tramway puis dans le RER, a affirmé vendredi Médecins du Monde (MdM) rapportant des témoignages de personnes visées par l’expulsion.

« On était forcés (…), on était désespérés, à chaque fois embarqués dans d’autres trains », raconte à l’AFP Calin, un homme de 28 ans, un des Roms évacués du terrain de Saint-Denis. Pour ce père de deux enfants, qui n’a pas souhaité donner son nom, le trajet a duré environ 3 heures.Il se trouve désormais, avec une trentaine d’autres Roms, dont de nombreux enfants, au pied du périphérique parisien, a constaté une journaliste de l’AFP. A la suite de l’évacuation du campement de Saint-Denis, ils ont été délogés à deux reprises, à Aubervilliers puis Paris. »Certains racontent que dans un premier temps, après leur expulsion, ils ont dû monter par groupes de 10 dans un tramway surveillé par deux CRS », raconte Livia Otal, coordinatrice de la mission Rom de Médecins du Monde, qui traduit les propos des Roms expulsés.

« Puis la RATP a mis à disposition une rame entière, surveillée par des CRS », ajoute Mme Otal. « Une fois au terminus à Noisy-le-Sec, les CRS les ont dirigés vers le RER », dit-elle. Elle rapporte que les CRS les auraient empêchés de descendre à leur guise du RER. Continuer la lecture

Les Roms sont d’abord des Européens migrants

La présence des familles roms à Marseille date du début des années 2000. Il fallut attendre l’année deux mille cinq pour que, sous la pression des associations et des riverains, les pouvoirs publics commencent à s’émouvoir. Les premières réactions furent plaintives comme : « Pourquoi diable sont-ils venus ? », ou craintives comme : « Surtout ne rien faire qui puisse provoquer un appel d’air ! »

[SOURCE]

Médecins du Monde dénonce la situation de « parias » faite aux Roms

PARIS (AP) — Un an après le discours sécuritaire de Nicolas Sarkozy à Grenoble, dans lequel il annonçait sa volonté de « mettre un terme aux implantations sauvages de campements roms », Médecins du Monde dénonce la situation de « parias » faite à cette population. Depuis l’été 2010, les expulsions se sont intensifiées, avec pour seul effet une « précarité » et une « stigmatisation » accrues, ainsi qu’un « éloignement des structures de soins et de scolarisation », selon l’ONG.

MDM, qui présentait mardi lors d’une conférence de presse à Paris un rapport sur l’accès à la vaccination de cette population en France, estime que 15.000 Roms sont présents sur territoire, « majoritairement originaires de Roumanie et de Bulgarie », et évalue à 10.000 le nombre de reconduites à la frontière par an, deux chiffres qui « restent relativement stables d’année en année », selon l’ONG, tout simplement parce que les personnes expulsées reviennent.

« Ce qu’a provoqué le discours de Grenoble », c’est « une aggravation de la situation de ces personnes et des expulsions des lieux de vie -pas du territoire- plus fréquentes et plus dures », avec un « éloignement des structures de soins et de scolarisation », a dénoncé le président de Médecins du Monde, Olivier Bernard, lors d’une conférence de presse. Continuer la lecture

Médecins du Monde saisit Dominique Baudis, le défenseur des droits

Comme l’a fait lundi un groupement de dix-huit organisations, Médecins du Monde saisit Dominique Baudis, le défenseur des droits. L’association dénonce des dérives concernant le comportement de policiers envers les migrants à Calais.

« La stratégie adoptée à Calais par les autorités françaises est de rendre les conditions de vie impossibles aux migrants, ceci afin de les épuiser physiquement et moralement et de les faire renoncer à leur projet de passage vers l’Angleterre ou, tout du moins, de les obliger à quitter Calais », assure Olivier Bernard, président de Médecins du Monde. Mercredi, l’association a ainsi saisi Dominique Baudis, nouvellement nommé défenseur des droits, relativement au « comportement des services de police vis-à-vis des migrants dans le Calaisis ». Médecins du Monde rejoint ainsi un groupement de dix-huit organisations qui, lundi, lui a adressé une saisine similaire (NL du 23/06/11).

[SOURCE]

Des Français généreux, malgré la tourmente économique

Malgré les effets de la crise, les dons d’argent aux associations et fondations continuaient à augmenter en 2010, confirmant la hausse des gestes solidaires déjà entamée depuis 2008.

Les dons des Français aux associations humanitaires sont en augmentation depuis deux ans.

Cette tendance générale masque toutefois des écarts croissants entre les plus aisés, qui peuvent donner davantage, et les plus modestes, parfois contraints de mettre un terme à leur générosité.

La générosité des Français ne faiblit pas. Elle n’a cessé d’augmenter, au moment même où la France doit faire face à la montée du chômage et de la précarité. Le montant de la collecte globale de dons a progressé de 7 % en 2010 par rapport à 2009, selon le baromètre publié jeudi 16 juin par France Générosités (1), syndicat chargé de défendre les intérêts des associations et des fondations d’intérêt général. Une tendance qui conforte l’augmentation de 5,5 % déjà enregistrée l’année dernière.

[SOURCE]