L’urgence: à quel prix ?

Paru dans le Monde du 29 janvier.

Ce fut du jamais vu. Des amputations par milliers. A la chaîne. Bras, mains, doigts, jambes. Sans radio préalable. Parfois sans anesthésiques ni antalgiques. Le plus souvent à ciel ouvert. Ou sous le seul éclairage d’une lampe frontale. Il fallait aller vite ; des milliers de blessés attendaient, et chaque minute comptait. Il importait d’être efficace ; on craignait la gangrène ; on savait qu’il fallait libérer les places au plus vite ; on se disait qu’il n’y aurait pas de suivi postopératoire.
Alors, dans le chaos, dans l’improvisation vertigineuse des premiers jours sans grand loisir pour réfléchir, on a jugé que sauver la vie méritait bien de sacrifier un membre.
On a donc amputé. Certains, aujourd’hui, pensent qu’on est allé trop vite. Et qu’on a trop « coupé ». On ne le proclame pas, bien sûr. Qui oserait critiquer les équipes médicales venues de tant de pays ?
Mais quand on discute avec des médecins, des infirmières, des aides-soignants, le sujet est spontanément abordé, avec amertume, pour ne pas dire colère.

Lire la suite

Média et Urgence

Publié dans l’express.fr le 5 février.

Haïti a besoin d’aide !
Mr. Mattéi ne soyez pas étonné…J’ai contacté l’Ambassade de France à Port au Prince ainsi que des associations d’entraide pour venir apporter un appui sincère aux personnes endeuillées. A ce jour il est fort regrettable de constater que personne n’a pris contact avec moi ou répondu à mes courriers ! Il ne faut pas rêver que dans de telles conditions les dons auront du mal atteindre les personnes nécessiteuses.

Haïti a besoin d’aide…et vite Alors que les dons ont afflué très vite après le terrible séisme qui a ravagé l’île le 13 janvier dernier, la collecte s’est essoufflée. Jean-François Mattéi, président de la Croix- Rouge, regrette la baisse d’implication des médias, et appelle les Français à redoubler d’efforts.

Lire la suite