Situation en Grèce et Médecins du Monde

Emission LCP Droit de Suite la Grèce et L’austérité avec Nathalie Simonnot Directrice adjointe réseau international Médecins du Monde.

Lien vers le site:

Médecins du Monde en Grèce

Dieppe : les campements des migrants examinés par Médecins du monde

Humanitaire. Hier une délégation rouennaise de Médecins du monde est venue à Dieppe pour faire un état des lieux sur les conditions de vie des migrants. Les bénévoles reviendront régulièrement avec un camion médicalisé.

Les membres de Médecins du monde ont visité les différents campements
1/4

Suite à l’alerte lancée, il y a quelques semaines, par l’association Itinérance Dieppe, cinq membres de l’antenne rouennaise de Médecins du monde étaient dans la cité aux quatre ports, hier après-midi. Ils ont visité les sept campements de fortune installés autour du terminal Transmanche, où logent les migrants. L’objectif de cette première « mission exploratoire : évaluer et repérer les besoins sanitaires », explique Anne-Sophie Marie, coordinatrice régionale pour Médecin du monde. Avant, dans un deuxième temps, de « travailler avec les associations locales pour répondre au mieux à ces besoins ». Lire la suite

« On ne solutionnera pas la crise des réfugiés avec des tentes dans des champs de boue »

A situation exceptionnelle, décision exceptionnelle. Face à la crise des réfugiés qui prend un tour de plus en plus dramatique, la Commission européenne a décidé de dégager 700 millions d’euros d’aide humanitaire. Une tranche de 300 millions sera libérée dès cette année. Cette aide destinée généralement aux pays pauvres, d’Afrique essentiellement, sera cette fois dédiée à des Etats membres de l’Union européenne. Et en particulier à la Grèce qui est actuellement en grande difficulté.

Cet argent servira à augmenter les capacités d’accueil des réfugiés, à leur fournir de la nourriture, des médicaments, des services d’éducation et de protection. Cette aide sera fournie en étroite collaboration avec les Etats membres et les ONG présentes sur le terrain. Pierre Verbeeren est directeur de Médecins du Monde. Son association est active en Grèce. Sa première réaction est prudemment positive. « C’est toujours une bonne nouvelle de voir des mécanismes de solidarité qui se créent entre les Etats membres de l’Union européenne. » Mais très vite, il relativise. « 300 millions d’euros pour cette année-ci, c’est assez précisément le même budget que celui de l’agence belge pour l’accueil des demandeurs d’asile. Ça vous donne une comparaison des montants, on a ainsi une idée des montants qui sont dégagés pour l’ensemble de la problématique des réfugiés en Europe, essentiellement pour la Grèce. »

De l’avis même de la Commission européenne, « C’est là que nous avons la crise humanitaire la plus grave. » Athènes doit faire face à un double problème : dans le sud du pays, les réfugiés arrivent encore en nombre de Turquie alors qu’au nord, les pays situés sur la route des Balkans ferment leurs frontières les uns après les autres. Résultat, avec plus de 20 000 réfugiés sur son sol, dont la moitié bloqués à la frontière avec la Macédoine, la Grèce est totalement débordée. Lire la suite

Méditerranée: L’Aquarius embarque Médecins du Monde pour une mission d’aide aux migrants

Elle sera en mer dans à peine huit jours. Une équipe de Médecins du Monde se prépare depuis plusieurs semaines à aller porter secours aux migrants en détresse entre les côtes lybiennes et italiennes. « Nous sommes sous l’autorité de la marine italienne. Elle nous indique les bateaux en détresse et le port de débarquement », précise Anne Kamel, la coordinatrice de l’équipe bateau de Médecins du Monde.

Avec SOS Méditerranée, les membres de l’organisation humanitaire vont embarquer pour trois mois, trois rotations de trois semaines, sur l’Aquarius, un ancien garde-côte allemand de 77 mètres. Le bateau peut accueillir jusqu’à 500 personnes. Il accostera les 19 et 20 février au quai du J4, avant d’appareiller pour Lampedusa. Samedi, il ouvrira au public de 10 heures à 17 heures pour expliquer sa mission de sauvetage et d’aide médicale.

>> A lire aussi : Un appel au don pour acquérir un bateau et sauver des migrants en Méditerranée

Selon SOS Méditerranée, plus d’un million de personnes sont arrivées en Europe par la voie maritime en 2015 et « 3.772 personnes ont péri en mer, la plupart du temps en voulant atteindre l’Italie ». Lire la suite

Dans la jungle de Calais : « Les migrants ont les mains lacérées jusqu’à l’os »

La clinique installée par Médecins du monde dans la lande vient d’être saccagée. « L’Obs » était venu quelques jours auparavant faire un reportage sur les maux et les blessures des migrants.

Les portes en bois défoncées à coup de haches, les chalets éventrés, les tables et les chaises volées. Cela s’est déroulé dans la nuit, trois jours après les attentats parisiens. Les équipes de Médecins du Monde ont découvert leur clinique saccagée au petit matin. Malgré quelques tentatives d’intrusion, elle n’avait jusqu’alors jamais été vandalisée. Elle est, depuis, fermée.

« Bagarre entre réfugiés ? Attaque d’un groupe de passeurs ? Nous ne savons pas ce qui s’est passé, indique Cécile Bossy, coordinatrice Nord-Littoral pour l’organisation humanitaire.

Mais tout est réuni pour que la tension monte. L’hiver arrive, les conditions sanitaires se dégradent, les altercations avec la police se multiplient. Les migrants réussissent de moins en moins à passer en Angleterre. Et puis ils ont peur d’être montrés du doigt maintenant qu’on soupçonne certains terroristes de s’être fait passer pour des réfugiés. »

La veille, la tempête s’était abattue sur la lande de Calais, détruisant tentes et cabanons. L’avant-veille, c’était un incendie, sans doute provoqué par l’explosion accidentelle de bouteilles de gaz destinées au chauffage, qui avait détruit 2.500 mètres carré. Les nuits finissent par se ressembler dans la jungle de Calais.

Rats et détritus

Cela faisait quatre mois que Médecins du Monde avait installé son dispositif de soins : deux tentes, trois chalets de bois, une caravane, et une douzaine de médecins, infirmiers, kinésithérapeutes et psychologues. Une « opération d’urgence, ici, en France, l’un des pays les plus riches du monde, comme dans les zones de conflit et de catastrophes naturelles, montée avec l’aide de Médecins sans frontières qui d’habitude n’intervient qu’à l’étranger », indique Jean-François Corty, directeur des missions pour l’hexagone. Lire la suite

Réfugiés : « Des pathologies en lien avec la grande précarité », explique Médecins du monde

« Éradiquer toute immigration bactérienne ». Marine Le Pen a créé la polémique, ce mardi 10 novembre, en dévoilant une proposition en matière de santé à l’approche des élections régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. La présidente du Front national explique à La Voix du Nord, qu’elle souhaite lutter contre « la surcharge pondérale ». « Les Hôpitaux font face à la présence alarmante de maladies contagieuses non européennes, liées à l’afflux migratoire. Nous refusons cette mise en danger de la santé de nos compatriotes », explique-t-elle.

Selon le docteur Jean-François Corty, directeur des opérations France de Médecins du monde, « c’est assez étonnant d’entendre qu’il y aurait des maladies européennes et non européennes (…) Sur la santé publique, cela ne veut rien dire. On observe que près de 6.000 personnes vivent dans l’insalubrité. Nous avons démarré des consultations médicales depuis le mois de juillet ». Lire la suite